Il y a environ un an et demi j’ai rédigé cet article « J’ai suivi la formation du DAEFLE« , je venais de terminer cette formation et d’obtenir le diplôme.
Je ne sais pas trop comment mais cet article est devenu le plus lu et le plus commenté (certains commentaires étant plutôt virulents concernant cette formation, le CNED de manière générale, ou encore parce que je n’ai pas répondu aux 10 mails reçus de la même personne en à peine 3 heures, alors puisque ces commentaires n’avaient rien à faire sous cet article, je ne les ai pas publiés) de mon blog, il est même en première page des recherches concernant le DAEFLE sur Google.
Je suis à la fois impressionnée de la portée de cet article, et inquiète car cet article est désormais obsolète et beaucoup d’éléments ont changé concernant ce diplôme depuis, ce qui veut dire que les informations disponibles sont très pauvres…

D’où cet article, mais d’abord j’aimerais présenter mes excuses auprès de tous ceux et celles qui m’ont écrit et à qui je n’ai pas pu répondre. Vous avez été vraiment nombreux à m’envoyer des messages privés sur Facebook, des MP sur Twitter ou même des emails. Même si j’aimerais vous aider à y voir plus clair, je n’ai pas assez de recul sur cette formation ou ses débouchés pour vous répondre et vous conseiller.

Voici donc où j’en suis 1 an et demi après avoir suivi et obtenu le diplôme du DAEFLE : nulle part. Je m’explique : je ne suis pas devenue professeur de FLE. Comme ça c’est écrit, en gros, en clair, noir sur blanc (ou presque).

Rappelons que cette formation est dispensée par le CNED, elle coûte assez cher : ~1000€ (sans compter les examens à passer : à l’entrée, et à la fin pour obtenir le diplôme).

Ce n’est PAS une formation d’état, bien qu’elle soit très intéressante elle n’a pas de « valeur » dans le sens : niveau bac, licence, master ou autres.

Elle est reconnue par les Alliances Françaises principalement (puisque la formation est créée par une AF). Elle peut être reconnue par des écoles et à l’étranger, bien sûr.

Je ne peux pas vous parler du nouveau processus concernant l’examen d’entrée, je n’ai connu que la version précédente.

Je ne peux pas vous dire ce qu’il vaut mieux choisir entre le DAEFLE et une Licence ou un Master (même à distance), puisque je n’ai pas moyen de comparer. Mon bon sens serait de vous répondre « cela dépend de ce que vous voulez et attendez », si vous souhaitez un diplôme d’était mieux vaut partir sur une Licence ou un Master. Mais cela dépend aussi de vos

Comme je vous le disais dans mon premier article sur la formation datant d’il y a un an et demi, j’ai suivi cette formation par curiosité principalement. C’est parce qu’on me réclamait de donner des leçons de français que je me suis rendue compte que bien que je parle la langue, l’enseigner était une autre affaire.
C’est avec beaucoup d’entrain, de motivation et surtout de curiosité que j’ai suivi cette formation. J’étais avide de conseils, et totalement ouverte aux informations que je pouvais recevoir. J’apprenais d’autant plus facilement qu’à l’époque j’apprenais le néerlandais, ainsi je pouvais voir comment certaines techniques étaient utilisées en classe. C’était vraiment très intéressant.

… je ne me sentais pas du tout à l’aise pour me retrouver projetée du jour au lendemain devant une classe. J’avais pourtant obtenu une mention, je connaissais mon sujet. En théorie !
C’est alors que je me suis rapprochée de plusieurs Alliances Françaises pour essayer d’être prise comme observatrice dans des classes, là on m’a dit que je pouvais me perfectionner en suivant un stage de deux semaines (je crois) pour 600€… Là pour le coup bien que l’apprentissage soit intéressant, le prix commençait à devenir plutôt énorme pour un diplôme non reconnu par l’état.
Alors je me suis rapprochée de plusieurs écoles qui enseignaient le français dans les alentours (j’habitais en Flandre) afin de pouvoir observer les classes, l’enseignement, et pourquoi pas même être bénévole en échange.
Certaines écoles ne m’ont pas répondu, d’autres m’ont ri au nez (littéralement), d’autres encore ont pris le temps de me répondre, mais bizarrement il y avait toujours autre chose, et les rendez-vous s’annulaient.
Heureusement des voisins voulaient suivre des cours de français alors j’ai pratiqué doucement avec eux, sans pression, autour de verres de vin. C’était amusant.

Mais je n’avais toujours pas de pratique, d’expérience, et je me sentais bloquée.

J’ai postulé à des offres d’emploi (puisqu’on ne voulait pas de moi en tant que bénévole), et j’ai été contactée. Facilement. C’était plus simple d’avoir un vrai poste avec un diplôme et aucune expérience que de suivre une classe bénévolement pendant un ou deux cours. Mais comme je vous le disais : je ne me sentais pas assez expérimentée pour gérer une classe sur des plages de deux heures, ou des demies journées.

C’est alors que j’ai déménagé en Angleterre, à Cambridge.
Là j’ai postulé à une offre à l’Alliance Française, et on m’a répondu. Mon profil semblait intéresser. Seulement, n’oubliez pas que j’étais également Social Media Manager en Freelance à cette époque, et j’étais plutôt bien occupée. Or, devenir professeur de FLE n’était pas « mon objectif ultime » mais plutôt un sujet de curiosité, une envie d’aider, mais pas forcément envie d’en faire une carrière.
Les personnes que j’ai rencontrées dans cette AF étaient vraiment très gentilles et à l’écoute, elles semblaient disposées à me laisser observer des cours, et m’ont proposé un second rendez-vous auquel je n’ai pas pu aller car j’avais des clients et de nouveaux projets, très chronophages. Ce mauvais timing a fait que je n’ai pas pu poursuivre ces échanges, et cette Alliance Française avait besoin d’un professeur expérimenté et rapidement. Je ne correspondais pas à ce profil là et je n’étais plus aussi disponible pour m’engager dans cette voie. Too bad.

Vous savez tout de mon expérience du FLE désormais. Mis à part quelques cours donnés dont certains assez réguliers, d’autres plutôt ponctuels je n’ai pas eu de réelle expérience du FLE et de l’enseignement de manière générale.
Ainsi si vous souhaitez obtenir des informations sur le FLE de manière générale, je vous invite à lire les blogs des copines qui sont prof de FLE : Ophélie, Kenza, Marion.

Liens importants à aller voir en priorité :
– Le DAEFLE sur le site du CNED, tous lhttp://www.cned.fr/inscription/8FLEDDIXes détails concernant la formation
– Le groupe Facebook pour ceux qui suivent la formation du DAEFLE, avec une équipe de modérateurs géniaux et très investis : si vous voulez des réponses, c’est là qu’il faut poser vos questions !
– Le Google site DAEFLEENFOLIE (géré par les mêmes personnes que le lien du dessus) qui regroupe un tas d’informations très utiles concernant le DAEFLE, dont les annales des examens !
– Si vous voulez vous essayer à cet univers sans payer quoi que ce soit, suivez le MOOC du CAVILAM « Enseigner le française langue étrangère », réalisé par l’Alliance française, avec le soutien de l’Institut français, l’OIF et la FIPF.

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir un peu plus clair, et si vous vous lancez dans l’aventure : BON COURAGE !

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

  1. Kenza

    C’est intéressant ! Je reçois aussi énormément de questions dont « DAEFLE ou master ? » et moi, j’ai un master donc c’est difficile de juger sans avoir expérimenté les deux formations. Pour moi, le DAEFLE c’est vraiment une porte d’entrée, une introduction mais cela ne suffit pas pour être optimal (600 euros 2 semaines de stage d’observation par contre c’est n’importe quoi !!!) et dans les faits du recrutement (et je recrute les profs maintenant dans mon AF) je n’ai jamais côtoyé personne avec un DAEFLE. Sauf une copine en Hongrie. Ce n’est pas reconnu dans plein de pays, dans plein de structures.

    Répondre
  2. Anne

    Merci pour ce retour d’expérience ! J’ai d’abord lu le 1er article, et je viens de trouver celui-ci. Vous décrivez très clairement votre expérience, c’est très intéressant ! Et aussi merci pour les liens en fin d’article, vous avez vraiment un sens de la pédagogie ;)

    Pour ma part, je tente de m’orienter vers un Master via un congé de formation, mais j’envisageais le DAEFLE en 2e option si jamais je ne pouvais pas accéder au Master.
    Bonne continuation à vous !

    Répondre