Deux années que j’ai quitté l’Angleterre après y avoir vécu un an. Deux années difficiles car mon départ avait été brutal et violent. Un événement traumatisant que j’ai encore du mal assumer, une rupture très compliquée et difficile, une décision, des larmes, de l’incompréhension, de la colère, puis des choix, du temps, et finalement la vie a repris son cours. Il y a eu d’autres surprises, des bonnes, des compliquées, des évidences, des pleurs (oui ces deux dernières années ont été aussi belles que compliquées, cela dépend quels plans on regarde), mais au final, cette décision prise il y a deux ans m’a été salvatrice. Comme quoi, parfois du pire on obtient le meilleur. (Silver lining, tout ça.)

Nice view :) #guildford #england #surrey #Automn #AliceInWonderland

Une publication partagée par Adrienne Chauveau Zmiko (@mamzeldree) le

Mon départ a généré beaucoup d’angoisses, le retour en France a été assez compliqué. C’est un passage que tout expatrié peut rencontrer, et vraiment… c’était le bordayl (pour rester polie). Entre les comptes en banque à recréer, les frais de transaction, la carte vitale à recréer / recevoir, le logement… Bouah, je n’étais pas trop dans le mood de faire des articles sur le retour d’expat’, ça me minait déjà bien assez de le vivre. Et puis je préférais me tourner vers le positif : ceux que je retrouvais. Mes <3 : ma famille, mon meilleur ami (depuis plus de dix ans, qui est devenu par la suite mon amoureux, et depuis quelques mois mon époux ! Comme quoi, la vie est pleine de surprises). Ensemble on a souri, on a commencé à faire des projets. Une belle opportunité professionnelle lui a été proposée, il avait envie de changement, de découvrir « l’ailleurs » lui aussi, et nous avons accepté et déménagé ici en Belgique flamande. Nous avons commencé à apprendre le néerlandais avec beaucoup d’amusement. Lui le pratique au quotidien avec ses collègues mais a toujours du mal à le comprendre. De mon côté je le comprends, mais je suis presque incapable d’articuler une phrase, ma langue fourche et à chaque fois je veux parler en allemand. C’est très amusant ! On forme une bonne équipe !

Y a plus qu'à… #ApprendreLeNl #NL #ExpatLife #belgianblogger

Une publication partagée par Adrienne Chauveau Zmiko (@mamzeldree) le

Nous avons découvert que la Belgique est un pays minuscule, on peut facilement se rendre d’un bout à l’autre. Mais nous avons aussi vécu les bouchons monstrueux de la capitale (et même d’un peu partout en Belgique d’ailleurs). Cela nous a beaucoup déçus, car M. perdait deux heures / jour dans sa voiture. Deux heures de moins pour nous, pour nos projets : impression 3D, coding en RUST (pour lui), travailler sur notre téléscope géant… En parlant de celui-ci, la Belgique est aussi un pays qui a une très forte pollution lumineuse.

Malgré cela, nous avons fait de superbes rencontres, des gens qui vont réellement nous manquer : nos voisins. Quelques personnes qui nous ont réellement marqués ici, un vrai lien s’est créé et il a été très difficile de leur dire au revoir.

Une nouvelle opportunité s’est présentée, une société qui fait rêver le chéri depuis bien longtemps. Mais jamais il ne s’était imaginer pouvoir travailler avec eux. Un appel. Des entretiens, puis d’autres entretiens : via Skype, par téléphone, puis une invitation à un face à face… Nous sommes allés ensemble sur les lieux à Cambridge, en Angleterre.

Magnifique cette ville ! #Cambridge #Cambridgeshire #uk #VisitUK #Punting

Une publication partagée par Adrienne Chauveau Zmiko (@mamzeldree) le

Mon coeur trépignait de retrouver ce pays, ces autoroutes, ces gens, cette langue que je maîtrise bien mieux que lors de mon arrivée dans le pays en 2014. Je ne connaissais Cambridge que de réputation : Newton, le Trinity College, le punting… Nous avons été ébahis en découvrant la ville. D’autant qu’elle arborait ses couleurs d’automne. Nous avons marché dans les feuilles orangées, en les faisant voler. Nous avons bu un « hot chocolate », mangé des gâteaux typiquement anglais, bu du cidre (le Magners mon préféré), traîné dans les pubs… Nous avons aussi beaucoup attendu LA réponse. Un Yes ! Une offre. Puis un Go officiel. Nous sommes revenus à Cambridge quelques jours pour trouver un logement, une jolie maison à 5 minutes en vélo de son futur travail.

Oh au fait… On déménage ! W/ @ithinuel Guess where ? #expat

Une publication partagée par Adrienne Chauveau Zmiko (@mamzeldree) le

Ce déménagement là sera très différent, la « relocation » est prise en charge. Demain et après-demain nous aurons des déménageurs qui vont emballer et emmener nos affaires. Une première pour moi, pour nous. Jusque là tous les déménagements que j’ai fait étaient une vraie aventure familiale, avec mon père, ma mère, mon frère. De l’impatience, de la débrouille, de l’huile de coude, des maux de dos. Des promesses que je ferai un tri dans mes livres, car qu’importe le lieu où je partais je les emmenais (presque tous) avec moi, à chaque fois. Mon père râlait, détestait ce meuble TV que j’étais tellement fière d’avoir réussi à me payer (par moi-même, comme une grande il y a quelques années) tellement il est lourd et encombrant. On paniquait un peu de ne pas avoir loué une camionnette assez grande, et puis finalement… (suspens…) : Si ! Si ! C’était bon, ça passait « laaaaaaaarge ». Et puis la route, la radio 107.7 que mon père adorait écouter, les rires, l’angoisse, mais en famille. L’arrivée, le déballage, le rangement, les premières courses, ce moment où je changeais officiellement de lieu de résidence. Ces mails à ma comptable française qui s’étonnait toujours avec un énorme sourire : « vous changez encore ? vous avez bien raison ! Profitez ! », d’autres personnes elles me disaient que j’étais « instable » en faisant la mou. Mais mon coeur sautillait à chaque fois, pour chacun de ces endroits où j’ai vécu : La Rochelle, Lorient, Lyon, Nantes, Paris, Les Sables d’Olonne, Guildford (en Angleterre), Bressuire (dans les Deux-Sèvres), Erpe-Mere (en Belgique flamande). Et d’ici quelques jours à Cambridge (en Angleterre).

Mon coeur tressaille encore, de joie mélangée à un peu d’angoisse tout de même. Je me demande surtout quelles aventures nous allons y vivre. Comment cela va se passer. Va-t-on s’y plaire ? Bref, nous verrons bien !
Je ne m’inquiète pas pour mon travail, je l’emporte avec moi, et je connais déjà bien le statut anglais.
J’ai juste hâte, nous avons hâte. Une nouvelle aventure commence, à Cambridge. :]

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires

  1. Petitgris

    Si je m’attendais !!! Mais tu as bien raison , fonce :) De plus l’Angleterre ce n’est plus tout à fait l’étranger pour toi , tu y as des habitudes et l’adaptation se fera vite . Je te souhaite une très bonne installation ! Donne nous des nouvelles :) Bisous

    Répondre
  2. Ophélie G.

    J’ai tellement hâte que vous veniez et qu’on puisse ENFIN se rencontrer ! ♥♥♥ Bon courage pour le déménagement/l’emménagement en tout cas ! xx

    Répondre
  3. Lucie

    Ah trop bien! Tu verras Cambridge c’est super! Et puis c’est pas loin d’Ipswich comme ça on pourra enfin aller boire un cafe! :) Welcome back!

    Répondre