Je l’ai acheté il y a quelques temps et il traînait sur ma table de chevet, fermé. Après avoir passé 2 jours à dormir à cause de la grippe, et n’ayant rien de potable à voir à la télévision j’ai décidé de m’y plonger, et en une journée je l’ai englouti !

L’histoire :

Anastasia Steele est une étudiante en littérature, et pour aider son amie elle part interviewer le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, beau, charismatique, et particulièrement intimidant. Pensant que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et commence à la courtiser ardemment. Naïve et innocente, elle découvre des sensations avec cet homme qui lui étaient inconnues jusque là. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble. Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

L’auteure :

E.L. James est une ancienne productrice de télévision. Mariée et mère de deux enfants, elle vit à Londres. Depuis sa plus tendre enfance, elle rêvait d’écrire des récits dont les lecteurs tomberaient amoureux, mais avait mis ces rêves entre parenthèses pour se consacrer à sa famille et à sa carrière. Elle a enfin trouvé le courage de prendre sa plume pour rédiger son premier roman, « Cinquante nuances de Grey ». Elle est également l’auteur de « Cinquante nuances plus sombres » et de « Cinquante nuances plus claires ».

Du porno soft… pas si soft !

Des détails il y en a, c’est vrai. Mais si vous avez un peu lu ce qu’on fait dans notre belle littérature depuis bien longtemps on a déjà lu pire… Certains auteurs nous ont délectés de leurs mots acidulés, bien plus que dans ce roman… Voici quelques exemples à aller découvrir :
– L’art d’aimer de Ovide
– Poèmes de Charles Beaudelaire : La chevelure, La géante
– Poème de Paul Eluard : Puisqu’il le faut
– Direrot : les bijoux indiscrêts
– Pierre Choderlos de Laclos : Les Liaisons dangereuses
– Le Marquise de Sade : Justine ou les malheurs de la vertu

Une attirance amoureuse… compliquée

L’histoire qui se créée entre Anastasia et Christian est très intense. On sent évolution, l’attachement entre les deux personnages. Et on se retrouve facilement dans la peau de l’héroïne qui veut faire le maximum pour plaire à son homme, toute femme a déjà vécu une situation de ce genre de soumission où elle accepte sans broncher les défauts de l’autre : sachant que je ne parle même pas d’intimité, mais d’une normalité qu’a la femme à accepter.
Cette relation particulière entre les deux personnages se suit avec attention, on attend avec Anastasia les mails de Christian, et tous les moindres signes de son attachement pour elle… C’est cette partie de l’histoire qui me plait, pas les détails (trop) salaces, mais cette chose qui grandit entre eux, ce respect, cette intimité qui grandit dans la confiance… La base même de la relation, l’honnêteté, et si au fond ce fond de SM et ce contrat n’était pas ce contrat oral que chaque couple a ? Sauf que là les attentes sont écrites noir sur blanc et sans tabous !

Alors on le lit ou pas ?

Non :

– l’écriture n’est pas folichonne, c’est de l’auto édition, et elle a refusé la relecture lorsqu’elle s’est finalement faite éditée, donc on sent que le texte est écrit par une amateur
– les clichés sont bien là, et parfois ils peuvent être agaçants

Oui :

– l’histoire de fond est belle
– c’est un best-seller, donc why not ! (c’est bien pour cela que je l’ai lu)
– car après le tome 1 il y a le 2 et le 3, et que je n’aime pas ne pas finir une histoire

Et vous, vous l’avez lu ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires

  1. Amber

    tu peux citer la philosophie dans le boudoir du Marquis de Sade aussi! c’est un peu l’apologie de la partouze ce bouquin. 50 shades, pas encore lu, pas vraiment envie en fait, c’est étrange

    Répondre