L’intégration est un point très important lorsque l’on s’expatrie, c’est ce qui nous permet de ne plus se sentir comme un touriste permanent mais plutôt de se sentir chez soi dans ce nouvel endroit. Bien sûr, ce qui fait que l’on se sent chez soi quelque part est très différent d’une personne à l’autre, globalement je dirais qu’il y a trois grand points.

1 : S’intégrer = être en règles

Au début de notre expatriation en Flandre, tout était flou, on ne savait pas trop ce qu’on était censés faire, on avait découvert un peu par hasard qu’il fallait qu’on se présente à la mairie, qu’un policier allait venir vérifier qu’on habitait bien à l’adresse annoncée… En Angleterre, il fallait aller récupérer un NIN dans un JobCenter, il fallait s’inscrire chez un GP à proximité…
Il y a des étapes à suivre lorsque l’on arrive dans un nouvel endroit pour être considéré comme un membre de la communauté, de la ville, ou même du pays. Ces premiers temps sont souvent frustrants car la liste des choses à faire est souvent longue et fastidieuse, mais ça fait partie du processus d’intégration. Si l’endroit où vous vivez vous reconnait comme nouveau membre et vous accueille c’est tout de même plus facile pour se sentir chez soi ! J’avais rédigé un article sur les démarches à faire lors d’une expatriation en Angleterre, n’hésitez pas à le lire.
D’ailleurs en France, certaines villes (ou toutes, je ne sais pas trop) vous accueillent comme nouveaux arrivants lors d’un événement spécial, où l’on vous présente la ville, les développement à venir, etc. C’est plutôt sympa !

2 : S’intégrer = se comprendre (langue et culture)

Parler la même langue est un point essentiel pour se faire comprendre et se sentir intégré, alors bien entendu cela ne se fait pas du jour au lendemain, mais avec un peu de patience cela peut rapidement porter ses fruits.
C’état notre cas lorsque l’on vivait en Flandre, on apprenait le flamand, et on sentait bien que plus on apprenait la langue, plus on montrait qu’on essayait (à défaut d’être bilingue) et plus les gens sentaient notre envie de nous intégrer, et nous aidaient puis nous parlaient de plus en plus.

Mais cela ne fait pas tout. Il faut aussi comprendre l’environnement dans lequel on vit, lorsque l’on est dans une autre région, un autre pays ou encore un autre continent, ce n’est pas forcément juste la langue qui change, mais les fêtes importantes ne sont pas les mêmes, la religion principale peut être différente, les jours fériés, les habitudes au quotidien.
S’intégrer c’est comprendre et respecter ces différences, mais c’est aussi les adopter, ou du moins se les approprier.

3 : S’intégrer = avoir des contacts (connaissances, copains, amis, etc)

Cette étape est cruciale pour se sentir chez soi je trouve : se faire des potes, et plus.
J’adore aller dans les commerces de proximité et papoter avec les gens, et surtotu j’adore ce moment où on n’est plus un client parmi d’autres mais qu’on me reconnaisse, qu’on relance un sujet laissé en suspens, voire qu’on s’appelle par nos noms.
En Flandre c’était génial car je mesurais mes progrès en flamand avec le primeur de la ville, au début on finissait par parler en anglais, mais au fur et à mesure on parlait en flamand. Il me reconnaissait et parlait moins vite, et si je ne comprenais vraiment pas on parlait en anglais. C’était amusant !

Mais on a aussi besoin de plus que de simples échanges comme cela, alors voici quelques idées pour se faire des contacts / copains / amis : 

  •  Groupes Facebook « Les français à… »

Facebook est un super outil pour rencontrer des gens à proximité, il y a de nombreux groupes Facebook dédiés à l’expatriation, et même certains concernant la ville où vous êtes.

Vous pourrez suivre les prochains événements entre français, mais aussi en proposer vous-même. L’occasion de faire de nouvelles rencontres !

  • Trouver un binôme de langue

Sur un de ces groupes j’ai rencontré un anglais qui avait vécu pendant plusieurs années en France, il souhaitait faire des rencontres avec des français pour continuer de pratiquer la langue. C’est ainsi que nous avons commencé à nous voir, le temps d’un déjeuner ou d’un café, pour discuter un peu ensemble dans les deux langues, tour à tour.

  • Aller à des MeetUp

Se faire des contacts voire même des amis à la longue ! Ce site est génial, peut-être qu’il est utilisé dans le pays où vous vivez, n’hésitez pas à regarder.

  • Rencontrer ses voisins

C’est la base pour moi : entretenir des liens avec ses voisins est essentiel. En Belgique nous avions des voisins géniaux, on prenait l’apéritif ensemble, on s’entr’aidait. Eux nous aidaient pour certaines formalités administratives en flamand, et nous pour tout ce qui touchait aux nouvelles technologies. C’était rigolo !

Connaître ses voisins c’est toujours sympa et c’est bien aussi de savoir qu’ils surveillent également les mouvements potentiellement suspects autour de chez nous, ou qu’ils peuvent aussi récupérer les colis en cas d’absence.

  • Faire du sport en club

Vous pouvez vous inscrire dans un club ou une salle de sport, surtout si vous comptez suivre des cours collectifs, là il se peut que vous échangiez avec vos « sport buddies », autrement vous risquez de ne parler qu’avec votre coach.
Nous on a fait les deux : salle de sport et inscription dans un Club de Tae Kwon-Do, c’est ce deuxième qui nous a permis de faire de très belles rencontres !
Les jours où l’on est à plat et qu’on n’a pas envie d’aller au cours, c’est le fait de voir les nouveaux « copains » et que l’on va galérer ensemble qui nous motive !

  • Contacts dans le milieu pro

Là c’est un peu touchy, parce que certains n’aiment pas mélanger pro et perso. N’empêche qu’on ne contrôle pas les liens qui peuvent se créer avec certains plus qu’avec d’autres.

Quoi qu’il en soit, amusez-vous, sortez ! C’est ainsi que vous rencontrerez des gens !
Et vous ? Comment vous êtes-vous intégré ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires

  1. Marie

    Je me reconnais dans cet arricle si bien écris ! Merci cela conforte et rassure, je prend les bonnes directions et j’en apprend toujours plus ;-)

    Répondre
  2. Fanny - Le jour où

    C’est clair qu’il y a des étapes à franchir. Ça prend du temps de s’intégrer. J’ai passé l’étape laborieuse des formalités. Je parlais déjà bien anglais. Mes voisins sont sympas. J’ai commencé le yoga et la voile. Je participe au marché local. J’ai rencontré des gens vraiment sympas. Mais c’est pas encore comme les potes en France… Faudrait que je tente les Meetups…

    Répondre